Les différents types et appellations du cuir

Le cuir était déjà utilisé lors de la préhistoire comme base de l’habillement, mais de nos jours la variété de cuirs est plus importante.
Aujourd’hui, les techniques modernes utilisées par l’industrie du cuir permettent de disposer d’une variété innombrable de cuirs. Des plus classiques au plus originaux, les cuirs utilisés en sellerie et en maroquinerie permettent une large gamme de création.
Avant de vous expliquer les différents types et appellation du cuir, il est important de rappeler que l’on retrouve 2 faces dans le cuir : la fleur, partie externe « côté poil » ; et la croûte, partie interne appelé également « côté chair ».

Les différents types de cuir par leur aspect et leur texture

Le cuir véritable ou traditionnel

Le cuir est un matériau préparé à partir de la peau d'un animal. Chaque type de cuir a ses propres caractéristiques (épaisseur, résistance, toucher, etc.).

Cuir pleine fleur

Cuirs pleine fleur Tannerie Radermecker

Le cuir pleine fleur est un cuir ayant conservé sa surface supérieure intacte. Il conserve ainsi le grain naturel et toutes les caractéristiques de la peau (souplesse, tenue, résistance), notamment les aspérités comme les rides naturelles, des petites cicatrices ou encore des égratignures guéries. Le cuir pleine fleur contient l’épiderme et donc la partie la plus dense des fibres sur la structure de la peau.
Tous les cuirs selliers de la Tannerie Radermecker sont des cuirs pleine fleur.

Le cuir pleine fleur peut bénéficier de plusieurs finitions différentes :

  • Finition aniline : application d’une légère couche transparente, de faible épaisseur sans altérer la texture du cuir, plus communément appelé cuir aniline. La majorité des cuirs selliers Radermecker bénéficie d’une finition aniline : Angel, Niagara collet, Niagara demi-dosset, Della et Della étiré.
  • Finition semi-aniline : application d'une combinaison d'une couche d’aniline et d’une couche pigmentée, couvrant légèrement la peau. Le cuir sellier Radermecker bénéficiant d’une finition semi-aniline est le cuir à quartier Gavarnie grainé
  • Finition pigmentée : application d’une couche opaque de pigment dans le but de recouvrir totalement les aspérités du cuir, plus communément appelé cuir pigmenté. Le cuir sellier Radermecker bénéficiant d’une finition pigmentée est le cuir Pykara teinté.

Croûte de cuir

La croûte de cuir désigne la couche interne du derme, c'est-à-dire son « côté chair ». Elle est obtenue par refente de cuir épais en deux feuilles.

Cuirs d’aspect velouteux

Nubuck

Il s’agit d’un cuir, provenant le plus souvent de la vache, qui est réalisé à partir de la surface externe de la peau, la fleur. Cette matière est ensuite grattée ou poncée afin d’obtenir un effet encore un peu brut avec quelques poils. Le ponçage très délicat laisse transparaître quelques imperfections.
Le ponçage de la peau n’est que superficiel, les peaux les plus qualitatives sont nécessaires. Effectivement, si la peau présente une tache, une cicatrice ou tout autre imperfection le ponçage ne les effacera pas. Ce traitement étant léger, il laisse apparaître le grain du cuir.

Cuir velours

Le cuir velours est un cuir dont la surface a été poncée. L’aspect du cuir rappel celui du velours. Contrairement au Nubuck, le cuir velours est obtenu en utilisant la peau du côté de sa surface interne. Il est également gratté et pincé mais arbore des poils moins courts que ceux du nubuck. Le cuir velours confère un effet velouté et un toucher très agréable à la matière.

"Daim" et cuir suède

Ces deux termes sont en réalité des approximations de langage. Ils désignent tous les deux le cuir velours ou le nubuck. Quand vous entendez parler de « daim », il s’agit donc souvent dans les faits de cuir velours ou de nubuck.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le « daim » ne désigne pas l’animal. En effet, l’animal est une espèce protégée depuis de nombreuses années. Le terme « daim » est communément utilisé pour désigner des cuirs à l’aspect velouteux. De même pour le cuir suède.

Les aspects particuliers du cuir

  • Cuir crispé : Il s’agit d’une ondulation de la fleur du cuir obtenue grâce à la rétractation des fibres de la chair, essentiellement réalisé sur les peaux de moutons.
  • Cuir vieilli : Il d’agit d’un ombrage de surface donnant un aspect patiné au cuir et réalisé sur des cuirs de veau, vachette ou mouton avec finition pigmentée.
  • Cuir gras : Il s’agit d’un cuir dont la qualité d’huile dépasse la moyenne, il est fortement nourri lors du tannage, c’est un cuir lourd qui se patine avec le temps.

Au sein de la Tannerie Radermecker, les cuirs selliers Niagara et Della sont nourris en bain de suif (graisses), ce sont des « cuirs suiffés ». Cette nourriture en profondeur procure au cuir une facilité de découpe et de travail ainsi qu’une résistance à l’eau plus importante. Le suif permet d’avoir un cuir sans entretien puisque la graisse se donne de façon constante en surface du cuir, lui donnant la nourriture nécessaire et une belle patine. Le cuir suiffé permet notamment de résister en environnement extérieur.

  • Cuir grainé : Il d’agit d’un cuir ayant une finition obtenue par passage sous presse de pièces de cuir. En fonction des « plaques » ou « moules » de la presse, différents types de grain peuvent être réalisés, comme le grain Pécari pour notre cuir à quartier Gavarnie grainé.
  • Cuir foulonné : Il s’agit d’une méthode de finition du cuir qui assouplit la peau et lui confère un aspect finement texturé qui est obtenu en « brassant » les peaux en tous sens dans un foulon.
  • Cuir enduit : Il s’agit d’une peau ayant subi une enduction ou l’application d’un film par contre-collage.
  • Cuir vernis : C’est un cuir avec une épaisse couche de vernis appliqué sur celui-ci, afin d’obtenir une finition brillante.
  • Cuir repoussé : C’est un cuir présentant un motif en creux par rapport à la surface du cuir. Il s’agit de la technique du repoussage, le mise en relief d'un motif sur du cuir tannage végétal. Pour effectuer cette mise en relief et ainsi mettre en valeur votre dessin le cuir est repoussé avec divers matoirs. Le repoussage consiste donc à écraser les fibres du cuir autour des lignes de votre motif.
  • Cuir embossé : C’est un cuir présentant un motif en relief par rapport à la surface. Il s’agit de la technique de l’embossage qui consiste à transférer par pression un motif existant sur le cuir. Comme pour le repoussage, seul le cuir tannage végétal permet la mise en œuvre de cette technique à froid. Pour tous les autres types de cuir, il faudra recourir à l’embossage à chaud qui nécessite des presses chauffantes industrielles.
  • Cuir ajouré : Il s’agit d’un cuir ayant des parties évidées sous forme de motif, rappelant celui de la dentelle. Le procédé est généralement réalisé par une découpe au laser sur l’ensemble ou sur une partie du cuir.
  • Cuir stretch : Il s’agit d’un cuir souple, généralement du cuir d’agneau, contrecollé à une toile de coton extensible.
  • Cuir bouilli : Il s’agit d’un cuir bouilli dans l’eau lui apportant une certaine dureté.
  • Cuir plongé : C’est un cuir teinté dans la masse par immersion dans une teinture en plein bain, en opposition des cuirs teintés en surface. Aucune autre finition supplémentaire ne sera effectuée. Cette finition dite plongé s’applique à différents types de peaux animales comme l’agneau, le veau ou encore le chevreau.
  • Cuir nappa : C’est un cuir pleine fleur traité pour le rendre très souple et imperméable, c’est donc un cuir fin, lisse et sans grain. Cette finition dite nappa s’applique à tous types de peaux animales et quelque soit le type de tannage végétal ou minéral.
  • Cuir double face : Également appelé peau lainée ou retournée, c’est un cuir de mouton ou d’agneau dont la laine a été conservée.
  • Box calf : C’est un cuir de veau tanné au chrome ou au sel de chrome ayant un aspect lisse, qui est principalement utilisé dans la fabrication des chaussures.
  • Cuir lavé : C’est un cuir, une fois monté et assemblé, subi un traitement à l’eau et d’enzymes afin de le lustrer et le gondoler en le rigidifiant légèrement. Le cuir lavé a un aspect vintage. La finition dite lavé s’applique principalement sur l’agneau.
  • Basane : Il s’agit d’une peau de mouton à tannage végétal et utilisée pour les chaps en équitation, ces sortes de guêtres qui recouvrent les jambes des cavaliers randonneurs ou pros (gardians, gauchos). On en trouve également parfois en doublure des chaussures.
  • Cuir pré étiré : Il s’agit d’un cuir étiré sur cadre dans le but d’avoir une forte résistance à l'élongation. Le cuir sellier Della étiré Radermecker est un cuir pré étiré sur cadre pour la réalisation d’étrivières et de contre-sanglons pour selle de cheval.

Les origines du cuir

Le cuir peut provenir de différentes espèces animales : de bœuf, de buffle, d’agneau, de chèvre, de mouton, de veau, de cheval ou de poulain, de porc, de vachette ou encore de cerf.
Outre les différents types de tannage et de finition apportés aux peaux, chaque origine animale a sa propre particularité comme le cuir issu du bœuf, de buffle ou de vache sera un cuir épais, principalement utilisé en sellerie et en ameublement. Les cuirs issus de chèvre, de veaux sont des cuirs souples utilisés en sellerie, maroquinerie, décoration et mode. Les cuirs d’agneaux et de mouton, souples et légers, sont plus souvent utilisés pour des vêtements, et essentiellement pour les doublures pour les articles de maroquinerie.
Les cuirs selliers de la Tannerie Radermecker sont issus de bœufs lourds et de taureaux sélectionnés dans des élevages responsables.

Il existe également les cuirs exotiques qui sont couramment utilisés dans l’industrie du luxe. Afin d’éviter toutes dérives commerciales, leurs circulations est fortement règlementées. Une grande partie de ces cuirs exotiques proviennent d’animaux d’élevage.
On appelle les cuirs exotiques, les cuirs qui proviennent des peaux d’animaux plus rares.
Les cuirs exotiques peuvent être des cuirs de crocodile, de serpent, de lézard, d’anguille, de galuchat (raie ou de requin), d’autruche, etc.

Les matériaux alternatifs

De nouveaux matériaux alternatifs se développent et tentent d’imiter les qualités mécaniques et d’aspect du cuir. Un grand nombre de produits disponibles à travers le monde sont commercialisés en utilisant des termes tels que « cuir vegan », « cuir végétalien », « faux cuir », « cuir synthétiques » ou encore « cuir PU ». Cela signifie qu’ils sont fabriqués à partir de matériaux artificiels ou d’alternatives pour ressembler à l’apparence du cuir.

« Cuir » synthétique ou simili

Le « cuir » synthétique ou simili est généralement fabriqué avec des composants synthétiques tels que le PU (polyuréthane), le nylon, le PVC, etc. pour avoir le même aspect que le cuir.
Les matériaux d’imitation ont généralement une sensation de surface caoutchouteuse ou « brillante », d’apparence uniforme. Ils sont plus froids au toucher et dégagent souvent une odeur de plastique. Beaucoup de « cuir » synthétique ont un support textile ou une couche intermédiaire, qui peut être constaté sur les bords coupés. Les matériaux synthétiques brûlent plus facilement que le cuir, rétrécissant et se recroquevillant avec la chaleur.
De nombreux synthétiques sont imprimés avec un effet grain de cuir ou les produits en « cuir » synthétique sont confectionnés da manière à cacher les bords coupés. Dans ce cas, il n’est pas toujours évident de reconnaître du cuir « synthétiques », mais en Union Européennes et aux Etats-Unis, les marques ont la responsabilité d’indiquer clairement sur une étiquette la composition des matériaux utilisés dans les produits qu’elle fabrique et vendent.
Dans un nombre croissant de pays, comme le Brésil, l’Italie et le Portugal, le terme cuir ne peut pas du tout être utilisé en conjonction avec des matériaux synthétiques.

« Cuir » végan ou végétalien

Le cuir végan, ou également appelé cuir végétalien, n’existe pas. C’est un terme marketing utilisé pour décrire des matériaux (ou des imitations de cuir) qui sont souvent en plastique ou dérivés de combustibles fossiles finis.
Une grande partie provient du pétrole, un combustible fossile limité, car la plupart des cuirs végétaliens commerciaux sont fabriqués à partir de plastique : PVC, Polyuréthane, polyester, nylon, etc.
Cependant, il existe également des produits utilisés pour reproduire l’apparence du cuir, qui proviennent de sources alternatives : peaux de raisin, champignons, feuilles de palmier, pommes. Pour assurer la résistance et l’utilité de ces matériaux, la grande majorité est renforcée ou mélangée avec des résines synthétiques et des plastiques.
L’aspect cuir du « cuir végan » n’est qu’en surface, les matériaux artificiels ne recréent pas les mêmes qualités fibreuses du cuir qui lient les couches ensembles.

« Cuir » reconstitué

Le cuir reconstitué est un matériau composé de fibres de cuir (chutes de cuir ou morceaux de cuir broyés) et de liants (polyuréthane, latex, acrylique, etc.). Il est produit en rouleau ou en feuille.
Le cuir reconstitué est produit avec des déchets de cuir et est un matériau homogène, économique et peut être fini pour ressembler et avoir un aspect superficiel similaire au cuir.
Le cuir reconstitué est fabriqué depuis plus de 70 ans et est utilisé comme matériau pour les composants de chaussures, reliures, éléments de mobilier, panneaux muraux et la maroquinerie.
Les propriétés mécaniques du cuir reconstitué sont largement inférieures au cuir véritable, c’est la raison pour laquelle il est généralement utilisé pour des pièces non mobiles.

Podcasts Dure à Cuir

Amélie Pichard lance la série de mini-podcasts « Dure à Cuir » pour présenter et comparer le cuir et ses alternatives. Dans la continuité de son initiative O.V.N.I (pour Objets Valorisés Naturels ou Innovants) visant à informer le consommateur sur les matériaux actuellement utilisés dans l’industrie de la mode et leurs limites, Amélie Pichard a réalisé une première série de 4 podcasts au format court, intitulée « Dure à Cuir ». L’objectif reste le même : favoriser toujours plus de transparence au sein d’une industrie prompte aux amalgames. Avant une saison 2 où elle dialoguera avec les acteurs de chaque filière, cette première série de podcasts est désormais disponible ici et à partager sans modération.

Episode 1 : Le cuir

Cet épisode sert d'introduction et pose les bases de ce matériau. Il explique le processus de fabrication et commence à questionner les points positifs et les points négatifs de son utilisation.

Episode 2 : Le cuir végan

Ici on s'interroge sur l'intérêt ou non d'utiliser des alternatives au cuir. Il s'agit d'expliquer que choisir la cause animale en adoptant le cuir végan se fait au détriment de la cause environnementale.
En cause : la composition des matériaux alternatifs au cuir traditionnel faisant encore la part belle au plastique, quand ils ne nécessitent pas une utilisation abusive de l’eau (exemple du coton).

Episode 3 : Le cuir végétal

On met le doigt sur un des plus gros amalgames dans ce domaine. Pour le plus grand nombre en effet, cuir végétal = feuille, alors qu’il ne s’agit que de cuir tanné à base de végétaux. Retour donc sur ce procédé et sur ses différences avec le tannage "traditionnel" au chrome.

Episode 4 : Les alternatives

Cet épisode dresse l'état des lieux aujourd'hui des différents matériaux innovants qu'Amélie a pu tester. En toute transparence, elle fait le bilan des + et des - pour chacun d'entre eux.

Découvrez nos autres articles de blog

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré